Demande de démonstration
Pour une vue d'ensemble

Blog

Votre stratégie de maintenance est-elle rentable ?

Dans cet article de blog, nous allons explorer la maintenance centrée sur la fiabilité (RCM) et la façon dont elle peut aider à mettre en place une stratégie de maintenance rentable.

12 février 24

Votre stratégie de maintenance est-elle rentable ?

Cela peut sembler un cliché, mais c'est toujours vrai - les organisations sont confrontées à des défis permanents pour maintenir un temps de fonctionnement optimal pour les équipements essentiels, en soutenant une production ininterrompue malgré la diminution des fonds de maintenance, la complexité croissante des équipements et la diminution de la main-d'œuvre. La clé est, bien sûr, de trouver les stratégies de maintenance les plus rentables au milieu de tous ces défis.  

Dans ce blog, nous allons voir comment déterminer si une stratégie de maintenance est réellement rentable et comment comparer les stratégies de maintenance en termes de rentabilité.

Commençons par examiner l'approche de la maintenance centrée sur la fiabilité (RCM) pour voir où la question du rapport coût-efficacité entre en jeu.

La maintenance centrée sur la fiabilité (RCM) et la question du rapport coût-efficacité 

L'objectif principal du RCM est d'assurer la fiabilité et la disponibilité des actifs critiques tout en minimisant les coûts de maintenance. Cette méthodologie consiste à répondre aux sept questions de la GRC.

La question 7 porte notamment sur l'évaluation du rapport coût-efficacité d'une stratégie de maintenance, mais avant de l'aborder, examinons la question 6. 

Question 6 : Que peut-on faire pour prévoir ou prévenir chaque défaillance ? 

Pour répondre à la question 6, vous devez donc déterminer quelles stratégies de maintenance prédictive et préventive peuvent être utilisées pour gérer les défaillances de l'équipement. Il peut s'agir d'inspections et de tests réguliers, de surveillance de l'état, de remplacement de composants ou de reconception de certaines parties du système.

Par exemple, pour une pompe, la stratégie de maintenance peut consister à surveiller les vibrations et la température, à remplacer l'huile lubrifiante, à effectuer des inspections régulières et à remplacer en temps utile les pièces usées. 

Question 7 : Que faire si une tâche proactive appropriée ne peut être trouvée ?

Vient ensuite la question 7. Cette question vous demande de déterminer si les tâches identifiées sont appropriées. Si ce n'est pas le cas, des plans supplémentaires doivent être élaborés.

Concentrons-nous sur la première partie de la question : La tâche est-elle appropriée ? Dans ce sens, "appropriée" signifie, premièrement, que la réduction des risques est suffisante et, deuxièmement, qu'elle est économiquement efficace, ou rentable.  

Ainsi, après avoir confirmé que la réduction des risques est suffisante, vous devez déterminer si la stratégie de maintenance préventive que vous avez identifiée à la question 6 est rentable ou non.

Dans la suite de cet article, nous verrons comment relever ce défi.  

Comment déterminer si une stratégie de maintenance est rentable ?

Supposons que vous ayez déjà répondu aux six premières questions relatives à la gestion du cycle de vie des équipements (RCM). Vous comprenez donc tout l'impact d'une panne d'équipement et la manière de la prévoir ou de la prévenir. Par conséquent, vous connaissez la dégradation impliquée et savez quelles sont les tâches de maintenance les plus appropriées à mettre en œuvre. Fort de ces connaissances, vous pouvez alors évaluer les trois coûts clés :

  • Coût du risque de base: Coût des conséquences d'une défaillance en l'absence de maintenance. 
  • Coût de la maintenance: Le coût total des tâches de maintenance identifiées. 
  • Coût du risque résiduel: Le coût des conséquences d'une défaillance lorsque les tâches de maintenance mentionnées sont mises en œuvre. 

Une fois que vous connaissez le coût du risque de base, le coût de la maintenance et le coût du risque résiduel, vous pouvez comparer la différence de coût entre les scénarios avec et sans maintenance. Si le coût du scénario avec maintenance est inférieur à celui du scénario sans maintenance, les tâches peuvent être considérées comme appropriées ou la stratégie de maintenance comme rentable. 

Prenons un exemple de calcul du rapport coût-efficacité. 

Exemple de calcul du rapport coût-efficacité 

Dans votre usine, l'une des demandes de maintenance prioritaires concerne une pompe. A la recherche de conseils sur les tâches de maintenance préventive, vous avez reçu les informations suivantes de la part de spécialistes : 

  • La défaillance de la pompe entraîne une conséquence de 100 000 dollars. 
  • Sans intervention, la pompe devrait tomber en panne tous les deux ans. 
  • Un plan d'entretien proposé prévoit deux tâches par an, chacune d'entre elles coûtant 20 000 dollars. 
  • La mise en œuvre de ce plan pourrait permettre de prolonger l'intervalle de défaillance de la pompe jusqu'à cinq ans ou plus. 

Vous devez maintenant déterminer si cette stratégie de maintenance constitue une solution rentable. 

Voyons cela en détail : 

  • Le coût du risque de base est de 100 000 dollars tous les deux ans, soit 50 000 dollars par an. 
  • Le coût de l'entretien s'élève à 20 000 dollars par an, multiplié par 2, soit 40 000 dollars par an. 
  • Le coût du risque résiduel s'élève à 100 000 dollars tous les cinq ans, soit 20 000 dollars par an. 

En résumé, le coût de l'absence d'entretien s'élève à 50 000 dollars par an, tandis que le coût de l'entretien est de 40 000 dollars par an plus 20 000 dollars par an, soit un total de 60 000 dollars par an. Par conséquent, l'approche consistant à effectuer l'entretien s'avère plus coûteuse que le scénario sans entretien, ce qui indique que la stratégie d'entretien n'est pas rentable.

Il semble donc que dans ce cas, il serait préférable de fonctionner jusqu'à l'échec, c'est-à-dire de ne pas faire d'entretien programmé, ou d'étudier une stratégie d'entretien différente. 

Calcul de la rentabilité de la stratégie d'entretien  

Exprimons maintenant les calculs de coût-efficacité en termes d'équations mathématiques : 

Une stratégie de maintenance est rentable lorsque : 

Pas de coût de maintenance > Coût de maintenance

Où ? 

Formule de calcul du coût de l'absence d'entretien par rapport à celui de l'entretien

Où ?

  • PONC = Prix de la non-conformité
  • ETBF = Temps estimé entre deux défaillances*
  • ETBC = Temps estimé entre les conformités
  • POC = Prix de la conformité

* Ne confondez pas l'ETBF, qui est le temps estimé entre les défaillances si vous ne faites PAS de maintenance, avec le MTBF, qui est le temps moyen entre les défaillances si vous faites de la maintenance.

Pour reprendre ce que nous avons dit précédemment, il est important d'adopter une approche pratique en évaluant toujours en premier lieu la réduction des risques, en s'assurant que le risque résiduel est suffisamment faible, ou ALARP (As Low As Is Reasonably Practical). Si la réduction du risque est minime, la stratégie d'entretien n'est pas adéquate et il faut poursuivre les efforts pour déterminer une meilleure approche.

Toutefois, si la réduction du risque est suffisante, il devient pertinent de calculer le rapport coût-efficacité.

Comment comparer le rapport coût-efficacité des stratégies de maintenance ?

Ne serait-il pas pratique de classer la corrélation entre vos dépenses de maintenance et les conséquences d'une défaillance dans un indice normalisé ? Cela permettrait d'évaluer et de comparer facilement le rapport coût-efficacité de plusieurs stratégies, en mettant l'accent sur l'amélioration de la réduction des risques par rapport au coût impliqué.

Nous définissons ci-dessous un tel indice de coût-efficacité :

formule de l'indice de coût-efficacité

Reprenons les données de l'exemple précédent de calcul du rapport coût-efficacité pour la stratégie de maintenance de la pompe et calculons l'indice de coût-efficacité pour la stratégie de maintenance de la pompe :

formule de l'indice de coût-efficacité 2

Examinez attentivement cet indice. Remarquez-vous ce qui se passe lorsque le delta entre le risque de base et le risque résiduel, c'est-à-dire la réduction du risque, est égal au coût de maintenance ? En effet ! L'indice de rentabilité est égal à 1. C'est le cas lorsque

Pas de frais d'entretien = Pas de frais d'entretien

Lorsque l'indice de rentabilité de la stratégie de maintenance est égal à 1, cela signifie qu'il n'y a pas d'amélioration des coûts. Cela signifie qu'un indice d'efficacité inférieur à 1 correspond à une perte. Dans ce cas, il est préférable de faire fonctionner l'équipement jusqu'à ce qu'il tombe en panne.

C'est également ce que nous constatons dans notre exemple de calcul de rentabilité pour la pompe, où nous avons un indice de 0,75, qui est inférieur à 1. Pour cet exemple de pompe, nous avons déjà déterminé précédemment qu'il est plus rentable de fonctionner jusqu'à la panne. Par conséquent, le seuil de notre indice ne doit pas être inférieur à 1, car les stratégies de maintenance ne peuvent être considérées comme rentables que dans les cas suivants :

indice d'efficacité > 1

Toutefois, il est conseillé de fixer ce seuil à un niveau légèrement supérieur à 1, car 1 représente le seuil de rentabilité. En général, lorsque la dégradation est difficile à influencer, l'indice de coût-efficacité a tendance à être plus faible.

Prenons l'exemple d'un catalyseur chimique, qui se désactive progressivement au fil du temps, de sorte qu'il est difficile pour les tâches de maintenance d'avoir un impact significatif sur la désactivation. À l'inverse, lorsque la dégradation peut être influencée, l'indice d'efficacité peut augmenter considérablement. En fixant un seuil de 2, nous garantissons une stratégie de maintenance robuste lorsque nous savons que la dégradation est affectée.

indice d'efficacité > 2

Un indice d'efficacité compris entre 1 et 2 doit être considéré avec méfiance et nécessiter un examen plus approfondi.

Ces stratégies de maintenance impliquent généralement des ajustements mineurs sans réduction substantielle des risques. Bien que les stratégies préventives appliquées puissent apporter un avantage en termes d'apprentissage, le principal résultat est un effort accru avec une réduction minimale des risques. Pour limiter les stratégies de maintenance inefficaces, nous devons veiller à ce que l'indice coût-efficacité soit suffisamment élevé.

En conclusion, l'existence d'un indice normalisé avec un seuil défini peut s'avérer très utile pour évaluer et comparer les stratégies de maintenance en termes d'amélioration de la réduction des risques par rapport au coût impliqué.

Le logiciel IMS RCM calcule l'indice de rentabilité

Notre logiciel IMS RCM intègre des calculs pour un tel indice de rentabilité de la stratégie de maintenance. Le logiciel vous guide à travers des questions pertinentes pour rassembler les informations nécessaires, y compris les équations de perte de produit (PLE), pour calculer les coûts de risque de base, les coûts de maintenance et les coûts de risque résiduels.

Ensuite, le logiciel calcule un indice connu sous le nom d'indice d'efficacité de la maintenance (MEI) pour chaque stratégie de maintenance et vous permet d'effectuer des analyses de type "What If" pour évaluer les alternatives.

En outre, vous avez la possibilité de définir dans le logiciel un seuil d'IEM pour votre site. Ainsi, le logiciel calcule et affiche automatiquement les stratégies d'entretien jugées rentables.

Demander une démonstration

Vous souhaitez avoir un aperçu de l'IMS RCM ? Remplissez le formulaire ci-dessous.